Un mentor remet les jeunes à leur place

C’était une sorte de week-end de retour : D’abord, Michelle Wie remporte un tournoi de golf après quatre ans, puis Phil Mickelson s’adjuge son premier trophée lors de l’événement WGC au Mexique depuis son triomphe à l’Open Championship de Muirfield en 2013. Le fait que l’homme de 47 ans ait remis la jeunesse à sa place en battant en play-off Justin Thomas, qui a à peine la moitié de son âge et qui est très bon, n’est qu’un aspect de son succès. Ce qui est plus remarquable, c’est l’attitude engageante dont le vieux maître Mickelson a fait preuve une fois de plus lors du Mexico Championship. Non seulement le quintuple vainqueur des Majeurs a répondu aux demandes d’autographes des fans dans le meilleur espagnol possible, mais il a également joué le rôle de mentor en aidant le jeune Indien Shubhankar Sharma à manipuler les câbles de la caméra et de la télévision dans le respect des règles – un geste loyal de la part d’un véritable sportif.

« Lefty » avait cependant aussi quelque chose à se faire pardonner. Lorsque Sharma et son caddie ont voulu saluer le grand homme samedi, Mickelson les a d’abord pris pour des journalistes à la chasse aux interviews et leur a répondu par un « Pas maintenant, seulement après le tour ! » Thomas ne connaissait pas non plus le double vainqueur de l’European Tour : « Je sais juste qu’il est jeune. 21 ans, n’est-ce pas ? Dis donc, ces jeunes… » Pour rappel, Thomas a 24 ans. En menant sur 54 trous et en se classant finalement T9, Sharma devrait bien sûr aussi avoir attiré l’attention des pros américains.

Il s’agissait de la 43e victoire de Mickelson sur le circuit et, comme on pouvait s’y attendre, il pense qu’il y en a « encore plus à venir » : « Je sens que je commence tout juste à jouer mon meilleur golf ». Au passage, « Phil the Thrill » devrait également s’assurer, avec la performance du Mexique en vue de Paris, la douzaine de participations consécutives à la Ryder Cup depuis 1995.

Grandiose : double capitaine mixte aux « GolfSixes

Première mondiale : avec les « GolfSixes », l’European Tour a déjà un format de tournoi innovant dans son calendrier. Pour la deuxième édition, début mai au Centurion Club anglais de St. Albans, il y a un nouveau coup d’éclat : le skipper de la Ryder Cup Thomas Björn et la chef d’équipe de la Solheim Cup Catriona Matthew s’affrontent en double mixte pour la prime du vainqueur de 100.000 euros chacun. Cette idée de former une équipe est grandiose et aurait dû être mise en place depuis longtemps ; les responsables du Tour autour de Keith Pelley méritent des applaudissements pour avoir enfin franchi le pas. Le Danois et l’Écossaise, en tant que « Captains Team », rencontreront entre autres les duos Wildcard Georgia Hall et Charley Hull de l' »England Women’s Team », Mel Reid et Suzann Pettersen de l' »European Women’s Team » ainsi que le Danemark, tenant du titre, pour lequel Lucas Bjerregaard et Thorbjørn Olesen joueront à nouveau.

Par amour : pas de nouveau driver, moins de golf

Déclaration d’amour : Connaissez-vous la vieille blague « Ma femme m’a donné le choix et m’a dit : ‘Le golf ou moi’, elle va me manquer… » ? L’inverse est également vrai. Le joueur de football américain Jeff Heuerman l’a même donné par écrit à sa fiancée. Par contrat, le tight end des Broncos de Denver a promis à Hannah de ne pas s’acheter de nouveau driver au cours des cinq prochaines années, car un meilleur équipement « ne fera certainement pas de moi un meilleur golfeur ». Comme si cela ne suffisait pas, le jeune homme de 25 ans a également réaffirmé ses priorités par signature et a promis de passer plus de temps avec l’élue de son cœur que sur le terrain de golf : « Je l’aime plus que je n’aimerai jamais le golf ».

Gareth Bale en « trick shooter » de golf

Magicien de la balle : Gareth Bale, l’homme aux 100 millions de dollars du Real Madrid, n’est pas seulement un artiste doué avec le cuir rond. Comme le montre cette trouvaille, le Gallois, déjà passionné de golf, sait aussi se servir d’un club et d’une petite balle blanche. Ne parlons pas de la tenue…

Pour le Masters : Woods s’aventure en terrain inconnu

Un temps de jeu plus long : après sa 12e place partagée au Honda Classic, Tiger Woods fait désormais partie du cercle élargi des favoris du Masters pour les bookmakers, avec une cote de 16 contre 1. Afin d’être à la hauteur d’une telle avance, l’homme de 42 ans a prolongé sa préparation pour le premier Majeur et s’est procuré du temps de jeu supplémentaire pour Augusta National lors du prochain Valspar Championship et de l’Arnold Palmer Invitational la semaine prochaine. Les deux tournois sont des terrains inconnus pour Woods, qui participe pour la première fois à Tampa et à Orlando. Malheureusement, quelqu’un doit aussi faire de la place dans le peloton, et pour le « Valspar », c’est Jonathan Randolph qui a perdu sa place de départ en raison de l’inscription de dernière minute de Woods, est devenu le « First Alternate » et a annoncé sur Twitter à quel point l’effet Tigre était réel. Mais Randolph a également connu une fin heureuse. Après le retrait de Patton Kizzire, il est de retour.

Les écologistes dénoncent les places de Majorque

Gaspillage de ressources : Une épée de Damoclès plane sur les 24 parcours de l’île de Majorque, qui est un peu comme le 17e Land allemand pour les golfeurs. L’organisation environnementale « Terraferida » demande en effet la fermeture de tous les parcours irrigués avec de l’eau potable. « Majorque traverse une grave crise de pénurie d’eau pendant de nombreux mois de l’année. Dans de nombreuses communes, la consommation d’eau de la population doit être temporairement limitée et les eaux souterraines sont de plus en plus imprégnées de nitrates et de chlore », peut-on lire dans un communiqué des défenseurs de l’environnement. Utiliser l’eau potable pour les terrains de golf est « inacceptable ». Le journal « Mallorca » rapporte que les résultats des contrôles effectués par le ministère espagnol de l’environnement ont révélé l’existence de dix puits illégaux d’où l’on extrait l’eau souterraine, et donc l’eau potable, pour l’utiliser dans l’irrigation des installations.

Pour Augusta : Curry, le nerd du golf, démolit une chambre d’hôtel

« Idiot » : vendredi, la superstar du basket-ball Stephen Curry a dû abandonner prématurément le match de ses Golden State Warriors contre les Atlanta Hawks en raison d’une blessure à la cheville. Mais cela n’a pas empêché ce golfeur passionné de jouer à nouveau ce week-end au Augusta National Golf Club. On ne laisse pas passer une telle occasion pour un petit « bobo ». Curry était tellement impatient de jouer au golf qu’il a pris le club dans sa chambre d’hôtel, au grand dam du mobilier. Son commentaire sur Instagram en dit long. Quelque chose a dû se trouver sur son chemin lors des exercices de swing, mais avec un salaire annuel de 34,6 millions de dollars, Curry peut se permettre de payer les dommages et intérêts. Et le tour sur le parcours du Masters n’a de toute façon pas de prix.

La maladie d’Alzheimer efface le génie de Pete Dye

Tragique et triste : il a créé des parcours emblématiques comme le TPC Sawgrass, Whistling Straits, l’Ocean Course sur l’île de Kiawah et quelque 200 autres parcours, sans oublier le Harbour Town Golf Links. Mais Pete Dye est en train de perdre son génie. L’architecte de golf de 92 ans, un grand de sa profession, souffre de la maladie d’Alzheimer. La maladie s’est déclarée en 2015 déjà. Selon sa femme Alice, Dye ne peut même plus téléphoner. Son père ne revient à lui que sur le terrain de golf, ajoute son fils Perry, lorsqu’il joue et qu’il esquisse même des idées de design : « Mais dès qu’il quitte le terrain, la plupart des choses disparaissent ».

Coup de départ depuis le « premier étage

Pour conclure : Quand les trickshots se transforment en véritables numéros de cirque, c’est que les gars de « Holeinonetrickshots » sont à l’œuvre. Ici, Joshua Kelley et son copain « Coach Rusty » font la démonstration d’une forme particulière de « twosome » :

Laisser un commentaire